Protection de données

Le premier jugement qui applique les critères de reconnaissance du "droit à l'oubli"

Le premier jugement qui applique les critères de reconnaissance du

Le 29 décembre 2014, la Chambre du contentieux administratif de la Cour nationale a rendu un arrêt appliquant la doctrine européenne sur le soi-disant «droit à l'oubli».

Les critères sont les suivants:

a) Quiconque exerce le droit d'opposition doit indiquer Devant le responsable du traitement des données ou devant l'Agence espagnole de protection des données:

  • que la recherche a été effectuée de votre nom en tant que personne physique.

  • indiquer les résultats ou les liens obtenus via le moteur de recherche.

  • le contenu de ces informations qui vous concerne et qui constitue un traitement de vos données personnelles auxquelles vous accédez via lesdits liens.

b) à partir de ce moment, la protection du droit d'opposition des individus exigera une pondération des droits en conflit pour déterminer si le droit à la protection des données doit prévaloir sur d'autres droits et intérêts légitimes, en tenant compte de la «situation personnelle et particulière spécifique du propriétaire».

c) l'annulation de ces données sera justifiée lorsque le circonstances de chaque cas particulier alors déterminez, "soit par le nature de l'information, son caractère sensible pour la vie privée des personnes touchées, par le pas besoin de données par rapport aux fins pour lesquelles ils ont été collectés ou par le temps écoulé, entre autres".

Malgré le fait que 17 autres arrêts ont déjà été rendus, il s'agit du premier à être publié. De toutes les résolutions émises jusqu'à présent, 13 d'entre elles ont rejeté les recours déposés par Google. (Photo: Pixabay)


Vidéo: Atelier internet lyonnais (Octobre 2020).