Général

Traque: harcèlement via les réseaux sociaux

Traque: harcèlement via les réseaux sociaux

Les réseaux sociaux sont devenus le cadre idéal pour commettre le crime de traque,harcèlement via Internet par le biais de tout comportement spécifique: sous-traiter des services par l'utilisation abusive de données personnelles, essayer avec insistance et à plusieurs reprises de contacter une autre personne, ou menacer sa liberté ...

Qu'entend-on par crime de traque?

Tout d'abord, nous devons clarifier ce que l'on entend par crime de traque.

Selon l'art. 172 ter du Code pénal:

"une. Quiconque sera puni d'une peine de prison de trois mois à deux ans ou d'une amende de six à vingt-quatre mois harcèle une personne en exécutant à plusieurs reprises et avec insistance, et sans être légitimement autorisée, l'un des comportements suivants et, par conséquent, perturber gravement le développement de votre vie quotidienne:

  • 1. Regardez-la, poursuivez-la ou recherchez sa proximité physique.
  • 2. Établissez ou essayez d'entrer en contact avec elle par tout moyen de communication, ou par des tiers.
  • 3. Grâce au utilisation abusive de vos données personnelless, acheter des produits ou des marchandises, ou souscrire des services, ou demander à des tiers de la contacter.
  • 4e Attaquez votre liberté ou vos atouts, ou contre la liberté ou la propriété d'une autre personne proche d'elle.

S'il s'agit d'une personne particulièrement vulnérable en raison de son âge, de sa maladie ou de sa situation, la peine de prison de six mois à deux ans sera prononcée. "

De nombreux comportements constituent l'infraction pénale. Parmi eux, on trouve, par exemple, le envoyer des messages répétés via les réseaux sociaux. Ces comportements ne sont pas considérés comme des menaces ou de la coercition, mais ce sont des comportements qui, lorsqu'ils sont répétés, peuvent sérieusement porter atteinte à la liberté et au sentiment de sécurité de la victime, altérant gravement le développement de sa vie quotidienne. Internet est un autre scénario qui facilite le comportement criminel des stalking.

Nous n'avons pas besoin d'aller loin pour voir cas typiques de ce crime. En Italie, une jeune femme s'est suicidée après avoir vu comment une vidéo à contenu sexuel dans laquelle elle figurait était publiée massivement sur les réseaux sociaux, harcelée sur les réseaux sociaux par un grand nombre d'internautes.

En Espagne, nous avons été témoins de situations similaires, notamment à travers le réseau social Twitter. Il suffit à une personne de publier un avis non conforme à la majorité, à un grand nombre de personnes de les harceler, en leur envoyant des milliers de tweets. Et de temps en temps, on voit dans les actualités des informations liées aux mineurs qui sont harcelés par leurs camarades de classe via les réseaux sociaux.

Quelles sont les responsabilités de ces personnes? Et que se passe-t-il quand quelqu'un retweete un commentaire qui harcèle une autre personne?

Pour que cette conduite soit encadrée dans le crime de stalking, il ne suffit pas que plusieurs personnes, de manière aléatoire et isolée, publient des commentaires dégradants à l'encontre d'une autre personne (selon la gravité, elles pourraient être directement incluses dans le crime de menaces). Comme indiqué à l'art. 172b du Code pénal, il faut qu'une ou plusieurs personnes, individuellement considérées, commettent le comportement avec insistance et à plusieurs reprises.

Que peuvent faire les autorités dans ces cas?

Comme le crime contre l'honneur, nous ne sommes pas confrontés à un crime public, et La plainte de la personne lésée sera nécessaire pour poursuivre le crime de traque(sauf si l'offensé est le conjoint ou un parent).

Lecture connexe:

  • Comment prévenir l'intimidation
  • Réseaux sociaux: 6 conseils pour assurer la sécurité de vos enfants
  • Comment Facebook nous rend malheureux

Vidéo: Harcelement réseaux sociaux (Octobre 2020).